Accueil > itw > Interview Jules Ribstein

Interview Jules Ribstein

23 juillet 2019

Les personnes présentes à l’Assemblée Générale de notre club ont pu découvrir le parcours de Jules Ribstein, triathlète formé à la Section Scolaire de Molsheim et victime d’un accident de moto lorsqu’il faisait ses études en STAPS à Strasbourg.

Amputé fémoral au niveau de la jambe gauche, il se réinvente un parcours professionnel puis sportif puisque la passion du triathlon ne le quitte pas. Reprenant une licence de triathlon au Trimoval Molsheim puis rapidement sélectionné en équipe de France il décroche la médaille de bronze aux Mondiaux en PTS2 en septembre 2018.

Il rejoint le club de l’ASPTT Strasbourg cette saison et rêve désormais de Jeux Paralympiques.

Malheureusement à Tokyo l’an prochain les catégories masculines PTS2 et PTS3 et féminines PTS3 et PTS4 ont été retirées du programme, suivant la logique de Rio 2016 oû deux catégories de handicap avaient déjà étés retirées. Néanmoins la Fédération internationale World Triathlon a permis à ces catégories de courir en « up-classing ».  Autrement dit les PTS2 et PTS3 peuvent participer aux courses de la catégorie PTS4 mais ils se battront contre des athlètes beaucoup moins diminués par le handicap.

L’objectif maintenant est de marquer des points sur les World Paratriathlon Series, Coupe du Monde afin de décrocher une qualification olympique. Jules est qualifié aux Championnats du Monde à Lausanne où là il pourra courir dans sa catégorie et ambitionner clairement une médaille.

Une seconde place sur la Coupe du Monde à Besançon, et 2 victoires en WPS, le début de saison est très bon. Quel bilan et perspectives en tire-tu ?

Merci ! C’est vrai que je suis satisfait de ce bilan. Mais il faut le nuancer car les tous meilleurs n’étaient pas au départ. Certains sont blessés et d’autres avaient un calendrier différent.

Un cap à été franchi à vélo ce début de saison grâce à un hiver studieux. Ce qui me permet de poser le vélo à 1 ou 2 minutes maximum des meilleurs rouleurs de ma catégorie et ainsi pouvoir jouer la gagne grâce à mes qualités pédestres. L’idée maintenant serait de carrément poser le vélo devant à chaque course pour me mettre à l’abri du retour des coureurs « bipèdes »  qui avec des records à 16 ‘30’’/5km, vont bien plus vite que moi à pied.

Qualifié pour les mondiaux, quel sera ton objectif à Lausanne et quel va être le programme de cet été pour y être performant ?

A Lausanne il faudra au minimum faire mieux que l’an dernier à Goldcoast (NDLR 3e). Et surtout vouloir gagner.

Le parcours vélo est une vraie boucherie avec 3 tours comprenant 2 raidards à 7 et 10%. C’est clairement une course pour les cyclistes. Il faut rappeler que le drafting est interdit en para-tri. Donc tu imagines le programme de cet été… Garder le niveau à pied et en nat et progresser encore à vélo. Ça passera notamment par de belles séances PMA et SV2 en côtes.

N’est ce pas trop compliqué de devoir mettre la vie professionnelle en pause pour réussir ce projet sportif ?

Non. En 2019 je vais m’en sortir financièrement. Je vois le truc du genre « ce qui est pris n’est plus à prendre » . Et pour 2020  on verra cet hiver. La seule chose c’est que tout ça ne me fait pas cotiser pour ma retraite 😉

Hormis le matériel supplémentaire nécessaire, est ce qu’il y a une différence de préparation entre un triathlète et un paratriathlète ?

Sans doute quelques unes.

Peut être le temps passé à concevoir et perfectionner l’appareillage du style prothèse de course à pied etc…Ça prend pas mal d’énergie de réfléchir à cela.

Aussi les volumes d’entrainements réduits consacrés au activités impactantes. Par exemple la course à pied dans mon cas. Je ne cours que 3 fois/semaine en moyenne par peur de me blesser au dos.

Sinon ça ressemble bien à un programme de « valide ». Cela va de 8 à 30h d’entrainement par semaine avec une moyenne de 15h lissée sur l’année je dirais.

Un dernier petit mot aux adhérents du club ?

Bien sûr . D’abord Merci pour l’accueil chaleureux. Et merci au comité pour l’aide dans les démarche administratives avec les sponsors persos. Un bémol néanmoins : j’aimerais pouvoir à l’avenir partager plus de séances avec les autres membres du club (même si je croise souvent Jean Marc Schoen à la piscine…mais Chuuut faut pas le dire 😉 ). Mais c’est évident que j’essaie au maximum de placer mes séances en journée pour en privilégier la qualité.

Je vous souhaite bien sûr une superbe saison et des rêves réalisés !

Pour le suivre :

Page Facebook : https://fr-fr.facebook.com/julesribsteintri/

Publicités
Catégories :itw
%d blogueurs aiment cette page :